top of page

Pratiquer la gratitude : un anglicisme qui fait débat


une image montrant une personne exprimant sa gratitude représentant l'article qui parle d'un anglicisme français potentiel en choisissant de traduire practicing gratitude littéralement en français

La langue française, symbole d’une riche histoire et d’une culture vivante, occupe une place centrale dans notre identité nationale et notre patrimoine au Québec.


Son évolution au fil du temps reflète l’évolution de la société et des interactions humaines. Toutefois, cette évolution n’est pas sans susciter des débats et des questionnements sur la préservation de la langue et le respect de ses règles et usages.


Au cœur de ce débat linguistique se trouve l’émergence de nouveaux termes et expressions, certains étant influencés par l’anglais, langue dominante chez nos voisins et à l’échelle mondiale.


Parmi ces expressions en question, celle de « pratiquer la gratitude » émerge avec une popularité croissante, surtout dans le domaine du développement personnel.


Mais qu’en est-il réellement de cette tournure « pratiquer la gratitude »? S’agit-il d’une simple adaptation linguistique ou d’un potentiel anglicisme qui mérite notre attention?


Notre objectif est de comprendre si l’expression « pratiquer la gratitude » fait l’objet d’un nouvel anglicisme en français (puisque cela ne semble pas avoir été répertorié jusqu’à date). Pour cela, nous allons analyser son sens, son contexte d’apparition, et mettre en évidence les facteurs qui expliquent l’influence de l’anglais sur cette formulation.


En explorant ce sujet, nous espérons susciter une réflexion, alors que nous plongeons dans les méandres de la langue française et que nous démêlons le débat autour de l’expression « pratiquer la gratitude ».


Pour une navigation rapide :


La signification et le sens de « gratitude »


La gratitude, ce noble sentiment qui anime nos relations humaines, est un pilier essentiel de la reconnaissance envers autrui. Avant d’explorer plus en profondeur l’expression « pratiquer la gratitude », prenons le temps d’examiner la signification et le sens de ce concept au sein de la langue française.


La gratitude définie par les dictionnaires


Selon les sources lexicographiques, la gratitude est définie comme un « sentiment affectueux que l’on éprouve envers quelqu’un dont on est l’obligé » (Le Robert). Ce sentiment de reconnaissance sincère et chaleureuse naît souvent en réponse à une aide reçue, un service rendu ou un bienfait accordé par autrui.


Son usage dans différentes situations


La gratitude s’exprime de multiples façons et peut être présente dans divers contextes. Que ce soit dans les relations personnelles, professionnelles, ou sociales, la gratitude se manifeste lorsque nous ressentons l’envie de remercier sincèrement quelqu’un pour ce qu’il a fait pour nous. Elle peut être exprimée verbalement, par des gestes, ou même par des attentions particulières.


Les verbes et les cooccurrences fréquentes avec « gratitude »


Les verbes qui accompagnent régulièrement le terme « gratitude » sont révélateurs de la manière dont nous exprimons ce sentiment. Les verbes comme exprimer, témoigner, manifester, montrer, ressentir sont fréquemment associés à la gratitude, reflétant ainsi son caractère émotionnel et le besoin de le communiquer à autrui.


En considérant la nature profonde et émotionnelle de la gratitude, il est important de réfléchir attentivement à l’idée de « pratiquer » ce sentiment. Comme nous l’avons constaté, la gratitude n’est pas une action ou une activité que l’on peut mettre en œuvre de manière délibérée, mais plutôt un état d’esprit qui émane naturellement de notre cœur face à la générosité et au soutien d’autrui.


Allons approfondir la notion de « pratiquer la gratitude », et examinons son apparition dans le domaine du développement personnel, en gardant à l’esprit les spécificités de ce sentiment dans la langue française. En analysant de près cette expression, nous pourrons mieux comprendre si elle représente un nouvel anglicisme ou simplement une tendance linguistique évolutive.


Le verbe « pratiquer » et son usage


Pour comprendre pleinement l’expression « pratiquer la gratitude », nous devons nous pencher sur le verbe « pratiquer » lui-même, afin de saisir son sens d’origine, son évolution contemporaine, et les recommandations linguistiques concernant son utilisation, notamment en relation avec le mot « gratitude ».


Le verbe « pratiquer » est défini comme « mettre en application » ou « exercer une activité » à ne pas confondre avec « s’exercer à une activité » (OQLF).


Le verbe « pratiquer » a acquis une connotation plus large et s’emploie dans différents contextes. Son utilisation s’est étendue pour englober des domaines comme le développement personnel, le bien-être, et la spiritualité, où l’idée de mettre en pratique des méthodes ou des approches est fréquente.


Cependant, le sens d’origine de « pratiquer » implique une action concrète et mesurable, ce qui peut être en contradiction avec la nature abstraite et émotionnelle de la gratitude. Le risque ici est de dénaturer le véritable sens de la gratitude en la traitant comme une simple action à accomplir, plutôt qu’un sentiment sincère et profond.


Le verbe « pratiquer » devrait être employé avec prudence, en évitant de le coupler à des notions subjectives ou émotionnelles. Par exemple, l’expression « pratiquer la gratitude » soulève des interrogations quant à sa pertinence, car la gratitude à l’origine n’est pas une activité que l’on peut exercer délibérément, mais plutôt un état d’esprit spontané.


Après tout, préserver la précision sémantique et la justesse du vocabulaire est essentiel pour assurer une communication claire et respectueuse de la richesse de la langue française.


Néanmoins, abordons l’émergence de l’expression « pratiquer la gratitude » dans le domaine du développement personnel, en nous interrogeant sur son origine et son éventuelle influence de l’anglais.


L’expression « pratiquer la gratitude » dans le développement personnel


Le domaine du développement personnel, caractérisé par la recherche du mieux-être et de l’épanouissement individuel, a connu une expansion fulgurante au cours des dernières décennies. Pour mieux comprendre l’origine et l’émergence de l’expression « pratiquer la gratitude », explorons un peu l’histoire de ce mouvement, notamment enraciné aux États-Unis, et analysons comment cette expression a trouvé sa place dans ce contexte.


L’origine du développement personnel aux États-Unis


Le développement personnel est un courant de pensée qui a émergé dans les années 1960, notamment au sein de la culture californienne, à Esalen. Ce mouvement s’est inspiré de diverses philosophies orientales et de pratiques spirituelles, cherchant à offrir des méthodes et des outils pour favoriser la croissance personnelle, le bien-être émotionnel, et l’atteinte de ses objectifs de vie.


Aux États-Unis, le développement personnel a gagné en popularité grâce à des figures emblématiques comme Dale Carnegie, Tony Robbins, et Louise Hay, parmi d’autres, qui ont propagé les enseignements et les pratiques liées à la transformation personnelle.


L’émergence de l’expression dans le contexte du développement personnel


Il est raisonnable de croire que c’est dans ce contexte du développement personnel que l’expression « pratiquer la gratitude » a commencé à apparaître de manière récurrente. Les enseignements de ce mouvement mettent souvent l’accent sur la reconnaissance des aspects positifs de la vie, la gratitude envers soi-même et les autres, ainsi que l’adoption d’une attitude de remerciement envers l’Univers ou une puissance supérieure.


Le verbe « pratiquer » est alors utilisé pour exprimer la nécessité de mettre en œuvre de manière délibérée et régulière des exercices ou des rituels visant à cultiver cet état d’esprit de gratitude. Cela peut inclure la tenue d’un journal de gratitude, la méditation sur la reconnaissance, ou le fait de partager sa gratitude avec autrui.


Une simple recherche en ligne révèle de nombreux exemples où l’expression « pratiquer la gratitude » est employée. Des plateformes de développement personnel, des blogues de bien-être, des sites d’accompagnement de vie, et des publications axées sur la psychologie positive en font fréquemment usage.


Par exemple, on peut trouver des billets qui encouragent les lecteurs à « pratiquer la gratitude au quotidien », des vidéos qui expliquent comment « pratiquer la gratitude pour améliorer son bien-être émotionnel », ou encore des guides pour « pratiquer la gratitude dans les moments difficiles ».

exemples de phrases montrant le mauvais usage de la traduction littérale française de practising gratitude

Cependant, malgré son utilisation répandue dans ce contexte, la question persiste quant à la pertinence et à l’adéquation de cette expression avec la nature intrinsèquement émotionnelle de la gratitude.


Les arguments en faveur d’un potentiel anglicisme


L’expression « pratiquer la gratitude » suscite un débat linguistique quant à sa conformité avec la langue française et à son éventuelle influence de l’anglais. Examinons les arguments en faveur de l’hypothèse selon laquelle cette expression pourrait être considérée comme un anglicisme.


L’une des principales raisons qui plaide en faveur de l’anglicisme réside dans la nature même de l’expression. Le verbe « pratiquer » dans le sens de mettre en application peut refléter une influence de la langue anglaise sur le français où « to practice gratitude » est communément employé dans le domaine du développement personnel qui a vu le jour aux États-Unis et s’est propagé à travers le monde. L’expression s’est ainsi progressivement intégrée dans les discours et les écrits, ce qui incite à vouloir adopter une formulation similaire en français.


L’omniprésence de l’anglais dans les médias, les réseaux sociaux et la culture populaire a également joué un rôle dans l’adoption de certains termes et expressions anglophones dans d’autres langues, dont le français. De ce fait, « pratiquer la gratitude » peut ainsi être perçu comme un exemple de cette influence linguistique.


Une recherche en ligne révèle que l’expression « pratiquer la gratitude » est assez courante, surtout dans le domaine du développement personnel, où elle est abondamment utilisée par des blogueurs, des coaches de vie, et des auteurs dans leurs publications et les écrits liés à la psychologie positive, la méditation, et le bien-être émotionnel.


En considérant ces éléments, il est légitime de se questionner sur l’éventuelle émergence d’un anglicisme avec l’expression « pratiquer la gratitude ». Cependant, gardons à l’esprit que la langue évolue au fil du temps, et certaines expressions peuvent s’intégrer dans le langage courant sans pour autant être considérées comme des anglicismes.


Les contre-arguments et la critique


Face au débat sur l’éventuel anglicisme de l’expression « pratiquer la gratitude », certains arguments s’opposent à cette idée et mettent en évidence des aspects linguistiques et sémantiques qui méritent considération. Examinons les contre-arguments et la critique de l’usage de cette expression.


Certains défenseurs de l’expression « pratiquer la gratitude » soutiennent que son utilisation n’est pas un anglicisme, mais plutôt une adaptation linguistique naturelle. Ils soulignent que certains termes et expressions s’intègrent dans une langue sans pour autant être considérés comme des anglicismes. Par exemple, en soutenant que l’on peut pratiquer la gratitude comme méthode ou procédé rigoureux, ou que cela s’apparente à pratiquer la charité. Or, rappelons-le, la gratitude est un sentiment qui ne peut faire l’objet d’une méthode, alors que la charité est un acte qui peut, en effet, se pratiquer.


Ces arguments mettent en avant le caractère évolutif de la langue et la façon dont les locuteurs s’approprient les mots en fonction de leur contexte et de leur usage.

Toutefois, la critique principale de l’expression « pratiquer la gratitude » réside dans son incompatibilité avec la nature émotionnelle de la gratitude. En effet, la gratitude est un sentiment sincère et spontané, qui émane du cœur en réponse à une aide ou un bienfait reçu.


Le verbe « pratiquer » quant à lui, associé à des notions d’action et d’application concrètes, semble inapproprié pour exprimer ce sentiment intime et personnel. L’idée de mettre en application ou de s’exercer à ressentir de la gratitude peut paraître artificielle et en décalage avec la réalité de cette émotion.


Par ailleurs, alors qu’en anglais « to practice » veut dire s’exercer à faire quelque chose, l’emploi du verbe « pratiquer » au sens de « s’exercer à une activité » est déconseillé en français, justement, puisqu’il sagit d’un anglicisme.


Au sens de « s’exercer à une activité » ou de « répéter », pratiquer est un emprunt déconseillé à l’anglais (to practice) qui est fréquemment employé au Québec, le plus souvent à la forme pronominale. Selon le contexte, on le remplacera par des verbes comme : s’entraîner, s’exercer, répéter, réviser, travailler.

Source : Banque de dépannage linguistique de l'OQLF.


Dans le cas de la gratitude, des verbes comme exprimer, témoigner, manifester, faire preuve ou ressentir correspondent davantage à la nature de ce sentiment, donc ils sont plus adaptés pour exprimer des émotions et des sentiments, ce qui contribue à une communication plus juste et authentique.


En effet, favoriser des verbes qui reflètent fidèlement la sémantique de la gratitude permet de préserver la richesse de la langue française et d’éviter toute déformation de sens, n’est-ce pas?


L’évolution de la langue française


Le débat autour de l’expression « pratiquer la gratitude » reflète des questions plus larges concernant l’évolution de la langue française, son adaptation à la société moderne, et son rôle dans la préservation de notre identité culturelle et de notre patrimoine linguistique au Québec. Cette réflexion soulève des enjeux essentiels pour la pérennité de notre langue et la communication au sein de notre communauté.


La langue française, comme toute langue vivante, évolue constamment pour s’adapter aux changements sociaux, technologiques, et culturels. De nouvelles expressions, des termes empruntés à d’autres langues, et des néologismes font partie intégrante de cette évolution naturelle. Cependant, restons vigilants face à cette évolution, en veillant à préserver l’intégrité et la clarté de la langue française.


Rôle de la langue dans l’identité culturelle


La langue française véhicule l’histoire, les traditions, et les valeurs de notre société. Préserver notre langue, c’est préserver notre héritage et notre capacité à nous exprimer de manière nuancée et authentique. En adoptant des expressions qui respectent la sémantique et la spécificité du français, nous préservons également notre capacité à communiquer efficacement et à transmettre notre culture aux générations futures.


Réputé pour sa richesse, sa précision, et son raffinement, le français a de nombreux verbes, adjectifs, et expressions qui le composent et permettent d’exprimer une vaste gamme d’idées et d’émotions. En choisissant des termes appropriés et en évitant l’usage d’anglicismes qui pourraient altérer le sens des mots, nous préservons la clarté et la beauté de notre langue.

exemples de phrases montrant comment de meilleurs termes ont été choisis pour remplacer la traduction littérale française de practising gratitude (pratiquer la gratitude)

Conclusion : adaptation linguistique ou anglicisme?


La notion de « pratiquer la gratitude » a émergé dans le domaine du développement personnel, notamment aux États-Unis, où elle est associée à des pratiques visant à cultiver un état d’esprit reconnaissant. Cependant, certains arguments s’opposent à l’idée d’un anglicisme, soulignant l’évolution naturelle de la langue et l’adoption de termes au fil du temps.


En somme, le choix de traduction pour « to practice gratitude » dépendra du positionnement de chaque locuteur ou rédacteur vis-à-vis du débat sur la présence ou non d’un anglicisme quant au choix de traduire par « pratiquer la gratitude ». En tant que gardiens de la langue, il nous incombe de faire preuve de discernement, de respecter la richesse de notre vocabulaire et de choisir des formulations qui expriment fidèlement la nature profonde de la gratitude, tout en favorisant une communication claire et authentique.


Notre position sur cette expression se penche vers l’idée qu’il est essentiel de rester vigilants face à l’influence de l’anglais sur notre langue. Bien que l’évolution de la langue soit inévitable, préservons la spécificité du français, en choisissant parmi les nombreux verbes appropriés pour exprimer les nuances émotionnelles de sentiments comme la gratitude.


Nous encourageons ainsi une évolution raisonnée du français, en restant ouverts aux apports linguistiques, mais en veillant à préserver la richesse et la précision de notre vocabulaire. Après tout, le français au Québec est un pilier de notre identité culturelle et de notre patrimoine, et son usage éclairé contribue à la communication efficace et à la transmission de notre héritage aux générations futures.


En conclusion, gardons un regard attentif sur l’évolution du français tout en favorisant une adaptation raisonnée, afin que le français continue de refléter notre identité et notre diversité, tout en s’ouvrant aux besoins et aux réalités de la société québécoise moderne.


Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos publications!



73 vues

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page